After Event : “PROMOTE 2017”
PROMOTE comme il est dit et écrit est le salon Internationale de l’Entreprise, de la PME et du partenariat, qui est organisé chaque année depuis 6 ans déjà au Palais des congrès à Yaoundé. Cette foire d’entreprise a pour but de préconiser ou promouvoir la collaboration industrielle entre les PME et entreprises Camerounaises et les PME et entreprises de l’Afrique et du monde qui ont un point en commun productif ou un sujet de maîtrise concordant(Partnership).              Pour cette sixième édition, le Ministère des PME et son partenaire prestige “Nexttel” ont tout mis le paquet, afin d’offrir un environnement sain et convivial pour des bons entretiens face à face b2b (business to business) ou client – producteur(distributeur).

Surtout, PROMOTE permet aux start-ups Camerounaises d’étendre leurs envergure relationnelle et leurs visibilité nationale et internationale (marketing). Avec une disposition assez harmonieuse des stands dans les locaux du Palais des Congrès, il était très agréable de visiter les plus de 1000 stands disponible sur l’esplanade des lieux. Entre conversations, sensibilisations, partage de flyers et interviews live, on peut sentir cet engouement sur le visage des participants qui s’inspirent de ce qu’ils voient et entendent.
Qui sont donc les participants à cette événement? Généralement, certains croit qu’il est seulement réservé a ceux qui ont déjà une entreprise formalisé. Pourtant non, PROMOTE abrite presque tout genres de compagnies de tout genre d’industrie; les institutions privées comme public, producteur comme consommateurs, de distribution comme de réception, hôtelleries, restaurateurs et artisans en tout genres. Même les plus grosses boites industrielle du pays y sont present, tout le mondes a à y gagner. Les entreprises reçoivent des feed-back constructifs pour améliorer leurs produits/services et la visite des stands inspireront certains pour leurs propre projets à venir et éclaircira d’autres sur leurs doutes cognitif. 
Ce qui m’a surtout marqué pendant cette édition de PROMOTE était la presence et affluence des lycéens et collégiens de la ville, qui se battaient a payer leurs billets d’entrée (500 FCFA) pour un événement que ils ont sans doute jugé intellectuellement rentable et impératif a leurs avenir professionnel.                                   Des stands d’animation gardaient la population éveillé, et des artistes (musiciens comme comédiens) invités pour distraire la foule pour les moments de détente non-stop dans la zone allouer. J’ai aussi beaucoup apprécié l’effort faite par les participants interne de l’événement pour promouvoir le “Made in Cameroon”, un concept qui a pour but de pousser le Camerounais a consommer les produits locaux, produire plus que il n’en consomme, et d’exporter plus qu’il importe, pour un meilleur développement durable de notre économie nationale.

Comme toujours, les déceptions ne sont pas ce qui manque dans ce genre d’événement. J’ai été quand même assez déçu du manque d’intérêt des jeunes futurs entrepreneurs et actuellement étudiants ou chômeurs des regions autres du triangle national. J’ai l’impression que ils ne se sentaient pas concernés par ce programme, ou ne trouvaient sans doute pas l’intérêt a venir a cet événement (ce qui est assez étonnant).
Personnellement, je pense que l’état a fait un maximum pour faire passer l’information par rapport à l’événement, mais apparemment, vu la mentalité de la population vis a vis des priorités intellectuelles, l’état aurait du mettre encore plus d’efforts et d’éléments marketing attrayant pour inciter les jeunes a faire ce voyage lucratif.

Comme solution, j’aurais proposé que l’état suspende les cours dans les universités, afin d’inciter au moins les étudiants a se réunir à cet événement édifiant pour la jeunesse Camerounaise. Aussi, ce serai profitable à toute la population active Camerounaise de décentraliser l’organisation de PROMOTE à Yaoundé en faisant tourner l’hébergement de l’événement de régions en regions afin d’en faire profiter économiquement et socialement toutes les régions du pays; les plus riches comme les plus pauvres.
KEUGABE D. Bern

Photo Credits : Tyler “Stephens”