Thème National :

“Croisade contre les inégalités des sexes: S’arrimer à la nouvelle impulsion”

Thème International :

” Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement “

 

Feministe1

DAUD – El Pais

——————————————————————————————–

Les deux thèmes vont dans le même sens, mais démontrent visiblement deux différents statuts d’égalités. Dans notre triangle national et surtout en Afrique on en est encore au stade du combat des mentalités afin que le concept soit “comprit”, “accepté” et “assimilé” par la majorité dans tout genre de situation, dont juridiquement et professionnellement. Fait que démontre clairement le premier thème en associant féminisme et nouveauté.

Pourtant en analysant la nature du thème 2 au niveau mondial imposé majoritairement par des pays développés, on peut ressentir plus d’avancées dans le processus d’adoption ainsi que d’autorité et de confiance dans l’évolution du concept de leurs coté.

C’est une réalité qui reflète un long et pénible combat mené dans cette communauté occidental par femmes et hommes tous ensemble.

Contrairement à l’Afrique, en Occident c’est pas la tradition ou une mauvaise interprétation de la religion qui limite une intégration plus pratique du féminisme, mais plutôt la hiérarchisation des responsabilités socio professionnelles et la juridiction outils des hommes qui veulent monopoliser l’argent et le pouvoir pour la gente masculine………

………..Tout comme le racisme entre les races et le fascisme ou la xénophobie entre les nations.

Cet historique nous permet de mieux comprendre pourquoi et comment chaque communauté adopte le concept du féminisme.

——————————————————————————————–

  • La vision et l’enjeu féministe

Le terme “féministe” en lui-même n’a rien de nouveau (France, Charles Fourier,1837) . Celui-ci signifie juste un statut égal entre les hommes et les femmes dans tous les domaines possibles.

Si les femmes ont toujours été considérées comme inferieures dans le secteur social, professionnelle, juridique et marital, cette façon de penser là est entrain de changer ainsi que son environnement et cela avec raisons.

Même si physiquement il est visible que l’homme soit différent de la femme, cela ne veut pas dire que une femme qui est autant productif qu’un homme doit être moins rémunéré ou considéré à cause de son statut de femme.

Cela représente la dévalorisation de l’estime de l’être sans raison. Ce qui peut constituer une limitation psychologique auprès de la femme qui grandit dans ce genre d’environnement.

Nous vivons désormais dans un monde libre, ou chacun vit sa vie comme il/elle l’entend. Ou des sports, l’art et les métiers considérés comme exceptionnellement pour les hommes auparavant sont désormais aussi pratiqués par les femmes. La nature de la terre évolue comme ses besoins et ses moyens aussi.

L’engouement attribué au concept féministe par les pays qui ont facilement su adopté l’idée à ouvert énormément d’opportunités d’entreprenariat ainsi que d’emplois. Une augmentation de la main d’œuvre qui tend aussi à augmenter le taux de production général de ces zones là.

Pour mieux refléter ces arguments, les enquêtes du magazine “Business Insider” nous révèle que aucun pays Africain ainsi que du Moyen Orient ne fait partie du top 15 des pays favorables en matière d’égalité hommes-femmes (d’où les 15 sont des pays occidentaux ultra développés); pourtant sur les pires 15 pays en matière d’égalité hommes-femmes, 6 pays sont Africains, et 9 du Moyen Orient (d’où on peut noter respectivement le facteur Traditionnel Machiste d’un coté et Religieux Radicaliste de l’autre).

—————————————————————————————–

  • Le concept Féministe vu d’Afrique 

En Afrique, malgré le fait que le concept soit bien connu, il tarde à être adopté. Pour certains, le mot “féminisme” évoque un mouvement misandre, anti-culture et athée. Ceci parce qu’ils pensent que cette pensée déplace la femme de son rôle traditionnel de femme au foyer ou femme soumise.

Pourtant certains pays comme le Liberia, le Kenya et le Nigeria ont fait le grand pas et citent assez de femmes parmi ses hauts dirigeants, Influenceurs ou Leaders. Ces femmes la qui arrivent à équilibrer vie familiale et vie professionnelle sans polémique. Avancée qui a autant fait de bien à l’éducation et la valorisation de la femme dans ces zones là.

Feministes2

Objectivement, ce qui m’intrigue le plus c’est la mauvaise interprétation et utilisation du terme féministe majoritairement par la jeune génération féminine en Afrique. Cette jeune majorité qui choisi les pratiques qui les avantages face aux hommes en tant que féministes et délaisses ceux qui les désavantage ou difficile à adopter mais qui pourtant fait parti du grand mécanisme productif du concept.

Ce genre de divergence entre la théorie et la pratique dans un environnement précis détourne ou détruit l’impact du concept et crée des incohérences dans la nature des habitudes.

Tant que les femmes Africaines ne se valoriseront pas d’abord elle-même à travers leurs pensées, paroles et actions en public comme en privé, la machine ne pourra pas prendre la vitesse espérée.

La femme Africaine doit cesser de copier le concept féministe pratiqué chez les occidentaux, et créer son “Afro féminisme” adapté à la communauté Africaine moderne dans laquelle on vit aujourd’hui tout en considérant ses traditions.

La plus part des modèles féministes des jeunes Africaines sont des Occidentaux, pourtant on compte aussi plusieurs activistes et exemples de réussites en Afrique . Comment imiter quelqu’un qui ne vit pas dans le même univers que vous? Qui côtoie de différentes mentalités. Bizarre non!

Sur la même lancée, je profite pour appeler au soutien des hommes face au concept féministe bien pratiqué; ces derniers qui sont généralement perçus comme des freins au développement personnelle et professionnelle de la femme. Le secret de toute coexistence égalitaire et respectueuse réside dans l’objectivisme, la planification, la communication, l’organisation et le suivi.

Etre féministe ne veut pas dire aimer la femme au détriment de l’homme ou détester l’homme, mais simplement là considérer et la respecter au même niveau que l’homme. Chaque gente aura toujours sa place dans la société. La femme et l’homme sont complémentaires et non compétitifs.

En cette journée des droits des femmes, disons “NON” à tout ces fléaux qui mettent en danger la femme Africaine dans son environnement :

Non aux Harcèlements et Agressions Sexuels

Non aux Actes et Remarques Sexistes

Non à la Marginalisation de la femme

Non aux Violences Conjugales

Non à l’Excision Vaginale

Non à la dévalorisation de l’image de la femme

Non à la Dépigmentation de la peau (DECAPAGE)

Non à la PIMENTERIE

Pensé et Ecrit par :

KEUGABE K. Dominique Bern (KDB)

Intelligent Punchlines / SIA / KDB Thoughts

Business & Lifestyle Consultant

Inquiries : dominiquebernk@gmail.com

 

Advertisements